producteur à velaux

05/11/2015 - Nouvelle de campagne : Un matin avec Jean-Christophe

jean-christophe cueille les navets blancs
jean-christophe cueille les navets blancs

"chaque jeudi matin, je vais à la rencontre d’un producteur sur son exploitation, pour un temps d’échanges et de partage sur tout et sur rien, sur les saisons, le boulot , la vie, hors du rythme quotidien des commandes et des livraisons. Et j’en rapporte des photos, et un petit bout de texte, et que j’ai plaisir à partager avec vous, et qui enrichit chaque semaine, l’histoire que nous écrivons ensemble, entre les champs et votre table"

Ici, on panse la vie

Au bout du chemin dans la vallée, à travers bois et oliviers, après le club hippique, c’est là, on ne peut pas aller plus loin. Les collines ferment l’horizon bleu. Les chevaux tranquilles dans les près. Le fumier de cheval enrichit la terre des tunnels que cultive Jean-Christophe.

Jean-Christophe confectionne des petits bouquets de coriandre fraiche. Il pousse la brouette remplie de petits navets blancs à mettre en bottes, pour compléter la commande du jour. Le cerfeuil pourra être bientôt coupé pour les futurs bouquets, et ensuite viendra le tour des orties. Il reste encore quelques belles aubergines tardives.
Les trois chiens noirs. « Celui là n’obéit pas, il ne comprend pas quand on lui parle, car il a été maltraité par ses anciens maitres ».
Le vieux poney, et les deux vieux chevaux, anciens compagnons de jeu ou de dressage, sont trop fatigués pour être montés à présent, et finissent leur vie paisiblement.
Le vétérinaire arrive pour tenter de comprendre pourquoi le cheval semble souffrir dans certains mouvements. Jean-Christophe demande au vétérinaire de rendre son diagnostique directement à sa femme qui pratique le dressage de ses chevaux. « Tu comprends pourquoi notre couple dure depuis 25 ans », me confit Jean-Christophe en riant. Jean-Christophe comprend les chevaux, et partage la passion de sa femme, mais il ne peut plus monter à cheval, il souffre trop à présent des séquelles de son accident de moto de ses vingt ans. Celle qui est devenue la mère de ses enfants n’a pas fuit cet événement. Elle a créé un centre de soin, institut de beauté. Aujourd’hui, leur fille fait des études d’infirmière et leur fils une école agricole… Dans ce petit havre à l’écart du monde, avec une simple discrétion, chacun semble contribuer, à sa manière, à apporter du bien être et du soin aux être vivants.
Je me propose de rentrer apporter la commande, fraichement cueillie, à (logo de ma terre), pour ne pas risquer de mettre en retard la préparation des paniers du jour,… et laisse Jean-Christophe attentif, au vétérinaire.
Sandrine avec Jean-Christophe, le 5 novembre 2015