paniers legumes bio presse

Mars 2008 - Objectif méditerranée

Profession passion

Photo  F. Moura
Photo F. Moura
Elle voulait concilier les valeurs auxquelles elle croit avec les contraintes d'une chef d'entreprise. Sandrine Catoire a réussi son pari : (logo de ma terre), son entreprise aixoise, affiche une croissance soutenue. Chaque semaine, elle livre plus de 1 200 paniers de légumes et de fruits bio.


Des clémentines rebondies, un chou rond comme la lune, des carottes d'une longueur vertigineuse, les paniers de Sandrine regorgent des richesses de la nature. Ici, pas de fraises en hiver ou de bananes exotiques, tous les produits sont de saison, répondent aux exigences « bio » et poussent dans notre région. « En créant (logo de ma terre), j'ai voulu à la fois permettre à chaque famille de se nourrir sainement sans coût excessif et redonner leur dignité à des agriculteurs passionnés qui vivaient difficilement de leur métier. » L'amour de sa terre, Sandrine Catoire le tient de son enfance dans les montagnes cévenoles. «Mes parents adhéraient à la mouvance soixante-huitarde. Ils étaient passionnés, chacun à leur manière. Ma mère se préoccupait de santé, d'astrologie, de psychologie. Mon père passait ses journées à planter des arbres, à nous apprendre leurs secrets. Il a ainsi réuni la plus grande bibliothèque de pomologie au
monde. C'était une époque magnifique, un endroit de liberté où se côtoyaient des personnalités fortes, où s'écrivaient des utopies. »
À vingt ans, la jeune femme décide de quitter cet univers comme hors du temps. «Je voulais écrire ma vie, créer mes propres racines. » Sandrine enchaîne alors différentes expériences, dans la restauration, l'immobilier ou la culture. Elle assure ainsi la communication du Caveau de la République, un théâtre parisien, lorsqu'elle amorce son «virage de la quarantaine ». « J'ai eu envie de m'installer en Provence, de réfléchir à ma vie et de décider comment mon travail pouvait servir les valeurs auxquelles je crois. J'ai d'abord songé à faire du commerce équitable avec les pays du Sud. J'ai alors pris conscience que le développement durable se concevait aussi dans ma région. Mes rencontres avec des producteurs bio m'ont donné envie de travailler avec eux. Aujourd'hui, les gens n'ont plus le temps d'aller au marché. Il existait donc un besoin en produits sains, bons pour la santé. L'idée m'est venue de les leur apporter jusque sur leur lieu de travail. Ainsi est née (logo de ma terre). » Une fois son projet établi, S. Catoire se rapproche de la communauté du Pays d'Aix afin d'obtenir une éventuelle subvention. « Des éminences grises, très très grises, m'ont assuré qu'un tel concept était ridicule et ne pourrait jamais fonctionner. » Mais la détermination est plus forte que les pronostics des esprits chagrins. « Bravache, je me suis inscrite dès le lendemain au registre du commerce. C'était en 2004. »
La première semaine, Sandrine vend sept paniers. Elle travaille dans son
petit univers, prépare les paniers dans sa maison, les livre avec sa voiture. Très vite, le bouche à oreille fonctionne, les commandes pleuvent. (logo de ma terre) s'installe au coeur de la cité de la Tour d'Aygosi à Aix-en-Provence ; un de ses clients, séduit par le concept, devient le premier employé. Aujourd'hui, l'entreprise livre chaque semaine plus de 1 200 paniers dans une vingtaine de communes des Bouches-du-Rhône, emploie sept salariés et réalise 600 000 € de chiffre d'affaires. Chaque semaine, Sandrine fait la tournée des producteurs qu'elle rémunère selon les cours du marché. Avec son équipe, elle prépare alors des paniers de sept ou huit fruits et légumes frais. « Les clients ne savent jamais à quoi s'attendre, à chaque fois, c'est la surprise, ce qui les incite à varier leur alimentation, à découvrir de nouvelles variétés. » Le concept ressemble à celui des AMAP" , mais, pour Sandrine, les différences sont majeures. « Il ne s'agit pas d'une association,
mais bien d'une entreprise. Les clients ne sont liés par aucun contrat,
ils peuvent nous quitter du jour au lendemain. Surtout, nous devons assurer la viabilité de la société tout en pratiquant des prix accessibles. »
Les paniers sont commercialisés entre 15 et 35 € selon la quantité choisie. « Nos marges sont plutôt réduites, mais la multiplication des ventes permet d'assurer le développement économique de (logo de ma terre).
Dans notre panier familial à 20 €, on trouve pour 12 € de produits ; le reste permet de payer les charges, le personnel, les livraisons... »
Pour Sandrine Catoire, le secret de sa réussite se cache dans son tempérament de bosseuse - « il y a des périodes où je venais travailler chaque matin à 4 heures, j'ai cru que j'allais mourir » - mais surtout dans la force de ses convictions. « Je n'ai jamais renié aucune de mes valeurs, je n'ai fait aucune concession avec ce que je suis. » Sandrine aimerait maintenant essaimer (logo de ma terre). « La France est un pays agricole avec des productions variées. J'aimerais bien qu'un jour il y ait un petit (logo de ma terre) dans chaque région. » En attendant que ce projet se concrétise, Sandrine garde les pieds sur terre et songe déjà à la composition du panier de la semaine prochaine. Avec au menu du céleri, du radis noir et des kiwis savoureux.

Solène penhoat