paniers legumes bio presse

15 février 2011 - www.wiki2d.org - Avec le soutien de La Provence

Ma Terre : Quand les paniers bio sortent du local!

Wiki2d est allé à la rencontre de Sandrine Catoire, fondatrice de (logo de ma terre), à Aix-en-Provence, une entreprise qui distribue entre 300 à 400 paniers bio par jour. Une petite victoire du bio en plein cœur des Bouches-du-Rhône.

Les paniers bio, aujourd’hui, tout le monde s’y est mis. Mais si quelque 10 000 personnes ont déjà pris, au moins une fois, un panier chez (logo de ma terre), c’est parce que l’entreprise était l’une des premières du marché à proposer des paniers 100% bio et sans abonnement, à la différence des AMAP (Association pour le maintien d’une agriculture paysanne).
Créée en 2004 par Sandrine Catoire, l’entreprise gère la distribution de fruits et légumes bio issus de la production locale tout au long de l’année. (logo de ma terre)livre à des familles, mais également à des collectivités, des crèches et des entreprises. C’est un autre débouché pour les producteurs, qui change des circuits de distribution classiques plus contraignants, comme les marchés ou la vente aux grandes et moyennes surfaces.

L’entreprise propose trois types de paniers : le “petit panier”, environ 4kg pour 15€, le “panier familial”, environ 7kg pour 22€ et le “panier maxi”, environ 11kg pour 35€. Contrairement aux AMAP, pas d’engagement, ni de contrainte particulière. Les paniers sont commandés par Internet ou par téléphone et sont livrés dans les 200 points relais.

« L’entreprise a plusieurs objectifs: faciliter l’accès à la production maraîchère locale, pour que les familles n’aient plus d’excuse pour ne pas manger de fruits et légumes, et permettre à chacun de faire un geste pour l’environnement, en mangeant et en achetant des produits locaux et de saison », détaille Sandrine.

Une entreprise engagée

Sandrine est engagée, au même titre que ses employés, dans une démarche qui se veut militante. “C’est militant d’acheter les courgettes du coin qui sont forcément plus chères que celles d’Italie. C’est aussi militant d’engager les gens dans cette réflexion là. (logo de ma terre), c’est en quelque sorte un porte voix”, pense l’entrepreneuse. Mais pour elle, cette démarche ne s’oppose pas à la logique commerciale : “J’ai créé une entreprise et non une association car je souhaitais montrer qu’on n’est pas obligé d’être bénévole pour monter une structure qui a des valeurs. Cette boîte est viable, elle crée des emplois, tout en suivant sa vocation première: accompagner les producteurs locaux et tenter de démocratiser le bio”.

Et ça fonctionne. Marthe Hélène, cliente depuis plus de deux ans apprécie surtout le goût et la diversité des produits. “Il y a plein de légumes que je n’achèterais jamais tout simplement parce que je ne les connais pas”, avoue-t-elle. Comme beaucoup elle met en avant la surprise qui l’attend à chaque fois qu’elle déballe un panier : “le but c’est découvrir les choses, je me dis souvent “Ah tiens cette semaine j’ai du chou-fleur qu’est-ce que je vais bien pouvoir faire ?”. Petit à petit, (logo de ma terre) espère faire partie d’un réseau qui permet aux consommateurs de prendre conscience qu’il faut arrêter de faire faire des kilomètres aux légumes.

Mickaël Bertrand redacwiki2d@gmail.com